janvier 2018

                     

Bienvenue, vous êtes dans le site partagé ARLESGALLERY & d’ART d’ARLES

Guten Morgen – HELLO – Buenos días – B U O N G I O R N O – 欢迎您来到阿尔勒 – アルルへようこそ

Prochain journal le vendredi 2 février 2018.

Le sujet :  représentez des expressions (avoir inventé la poudre, prendre avec des pincettes, mettre des gants, s’en mordre les doigts, etc.)

Next entry in the log on 2nd february :  depict expressions (as : cutting corners, missing the boat, going back to the drawing board…)

 Date limite de réception des photos le mardi 30 janvier minuit. The dead line for sending photos is the 30th january.

© 2018 Anne Eliayan – Toute reproduction interdite – Tout droit réservé.

Exposition collective l’Arlésienne

Philippine Cauffopé ne savait pas qu’elle traverserait le temps. En ce milieu de XIXeme siècle, elle est fiancée à un jeune homme, neveu du poète Frédéric Mistral. Une lettre dénonciatrice parlant de sa légèreté de moeurs (peut être écrite par un autre soupirant?) rompt les fiançailles car le code familial dans notre région est sévère à cette époque. Le mariage n’aura pas lieu ! La malheureuse affaire se termine par le suicide de Jan, le promis.
Cette histoire est vraie et a inspiré l’Arlésienne.

Daudet est alors âgé de 23 ans quand il commence à travailler sur ce projet à partir du récit de Mistral. Le jeune écrivain s’arrange de la réalité : pour la cohérence de l’intrigue , la fiancée qui est de Béziers devient arlésienne, et, alors qu’elle est issue d’un milieu bourgeois, elle sera artisane.

L’auteur dit :
“Il n’y a pas d’arlésienne dans ma pièce : il n’y a qu’une ombre. On en parle ; mais on ne la voit pas. Mon action se passe en Camargue, au bord du Rhône. ”

D’abord une nouvelle dont la 1ere parution date du 31 aout 1866, puis une pièce de théâtre et enfin un opéra. Le projet Daudet-Bizet mettra six ans à se concrétiser.

C’est le point de départ aujourd’hui de cette exposition. Chacun l’a décliné en toute liberté et à sa façon.

© 2018 Anne Eliayan – Toute reproduction interdite – Tous droits réservés.

Un mur, un chat.

UN MUR, UN CHAT ?

Je me promenais dans la Roquette quand j’ai vu ce chat dessiné sur un mur… Il m’a fallu peu de temps pour me promettre de le détourner car j’ai trouvé le graphisme très intéressant…
Mettez le son, c’est juste pour vous faire sourire 26 secondes !

© 2015 Anne Eliayan – Toute reproduction interdite – Tous droits réservés.

Mon édito arlésien juste pour vous …

Mon édito

Bonjour,

Arles, nous sommes le 02 novembre 2014.
Toute aventure démarre toujours par un défi qu’on se lance.
Aujourd’hui, c’est une très belle aventure qui commence, la gageure de vous faire aimer -encore plus- Arles et la photographie.

Aussi, j’espère, à travers ces photos et ces textes que je saurai vous donner l’envie de partager vous aussi vos images.
Chaque journal donne le thème suivant et vous êtes cordialement invités à y participer.
Comment ? Rien de plus simple, il suffit de m’envoyer vos photos à l’adresse anne.eliayan@yahoo.fr

Je vous dis à très vite.

Anne Eliayan