Arles Gallery on en parle !

Arles Gallery, dossier de presse

Anne Eliayan rencontre en 2016 Christian Pic, lui-aussi photographe-auteur-plasticien et écrivain. Ils associent leurs créations pour explorer leur époque et les frontières de la relation humaine.

Exposés en Sardaigne, reçus par l’École de photographie FineArt de Cagliari qui leur a consacré une exposition en 2018,ils vont de projets en projets en variant de plus en plus les medium utilisés : photographie bien sûr mais aussi peinture, écriture et arts vidéo.

Les mouvements et artistes qui les influencent sont nombreux. Stephen Shore est le photographe majeur qui donne ses lettres de noblesses à la photo couleur et à des cadrages novateurs. Ils sont également très influencés par le courant réaliste auquel participe Edward Hopper.

Anne Eliayan et Christian Pic travaillent à la fois sur des textes poétiques et sur des images utilisant souvent la brume, les aubes, les superpositions et les textures, pour exprimer l’homme au centre du monde, les altérations de son milieu urbain ou naturel et les distorsions du temps qui passe.

CharlÉlie Couture et Sophie Calle, de passage à Arles, sont venus à ARLES GALLERY. Également Jack Lang et son épouse

Anne Eliayan et Christian Pic dirigent une jeune maison d’édition Vivre Livre Vivre Libre et organisent dans leur lieu Arles Gallery, 8 Rue de la Liberté, des expositions collectives avec la contribution d’artistes internationaux.

Arlésiens, ils ont à cœur chaque année de participer aux Rencontres de la photographie en s’inscrivant dans le parcours Voies Off ::

Juin à Août 2020

Nov 2019 à Mars 2020

Été 2019

 arlesgallery2019-murmures-voiesoff.jpg.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est jack-lang-arles-gallery.jpg.

Monsieur Jack Lang et son épouse : une prestigieuse visite pour Christian Pic et Anne Eliayan en ce lundi 1er juillet 2019

Mars 2019

« Murmures, quatre variations isocèles« .

MURMURE n.m. [murmur] événement ténu ou expérience surgissant de façon imprévisible dans un brouillage visuel, sonore ou de sensations finissant par capter totalement l’attention de façon obsédante, le murmure devenant alors assourdissant. Le murmure est un secret fragile partagé pouvant se renforcer et devenir rumeur ou révolution. Le murmure est un fruit, une fleur, l’épanouissement de la conscience.  Sans l’étirement du temps le murmure n’est pas audible. Le chant d’un ruisseau qui se matérialise au fil des pas du promeneur, le murmure du vent, de l’aube naissante, du désir ou de l’envie, de la ville ou de la route, commence toujours sa musique pianissimo e coperto poi crescendo.

À la fois une exposition photographique et d’œuvres plasticiennes ainsi qu’un livre à dévorer.

Décembre 2018

Les textes, photos et dessins de Christian Pic et Anne Eliayan, vous emportent vers des contrées imaginaires. Ce nouveau travail sur le thème l’oubli dans la trajectoire humaine, les souvenirs, a donné naissance à une exposition et deux livres publiés par la maison d’édition Vivre Livre Vivre Libre..

Rencontres photos 2018

Inconnues Expo présentée à Arles et à Cagliari (Sardaigne)

   

Il était une fois, des photos jetées sur le trottoir, des femmes dénudées, anonymes.

Nous avons voulu travailler l’espace fragile qui dort bien en-dessous de la peau. Le regard ne traverse rien. Si une âme existe elle se cache bien au delà de l’apparence. Armande, Delphine, Monique et les autres, vous déshabiller n’a rien dévoilé de vous.

Février 2018 – Ces petits bouts de nous part 2

 

   

Toujours dans la recherche et l’expérimentation du profondément humain, Anne Eliayan et Christian Pic ont photographié des danseurs, des couples, des adolescents. Tous nous renvoient aux liens affectifs que nous tissons. Ils associent à leurs photos des affiches trouvées dans les rues d’Arles. Le message est clair : « Les affiches sont des avertissements et nous invitent à protéger nos sentiments fragiles.  Les affiches exposées aux intempéries se délitent, avec le temps elles s’estompent. Nous devons rester vigilants envers ce que nous ressentons pour nos proches ». Une déambulation esthétique et poétique grâce aux textes de Christian Pic qui accompagnent ce travail dans un très beau livre.

Rencontres photos 2017

Ces petits bouts de nous, j’aurais pu dire aussi : ces petits bouts de vie. Par ces photos j’ai voulu parler de la relation humaine, des sentiments, l’amour bien sûr mais aussi le chagrin, ou la séduction. Des inconnus dans la rue m’ont aidés mais j’ai également eu la chance d’obtenir la complicité des danseurs du G.U.I.D. qui est le Groupe Urbain d’Intervention Dansée du Ballet Preljocaj / Pavillon Noir, Centre Chorégraphique National d’Aix-en-Provence. Je les ai suivis durant 3 ans lors de leurs venues à Arles à l’espace van Gogh. Ils exprimaient tellement bien ce que je cherchais à capter sur le langage du corps, que leur présence dans cette série m’a paru primordiale. Je leur ai présenté mes photos et ils y ont été favorables. Je remercie l’ensemble des danseurs pour leur enthousiasme sur ce travail. Parallèlement, j’ai souhaité intégrer un texte dans mes photos, un texte qui parle de la fragilité de l’amour, fragile comme du papier qui peut se froisser ou se déchirer.

With the complicity of unknowns I met on the street, and the dancers of the Ballet Preljocaj of the Pavillon Noir, Centre Chorégraphique National, located in Aix-en-Provence, II meant to describe the relationship based on love. These little pieces of us are in fact some little pieces of life. I associated my images with fragments of a poetic text about love, torn strips of paper raise fragility and vulnerability of love.

Mai 2017 – Regardons sous la peau de l’o

Juillet 2016

Visite de Madame la Ministre de la Culture Audrey Azoulay le jour de l’ouverture des rencontres 2016.

photo Olivier Querette Agence Ektadoc.com

photos-olivier-Querette-Ektadoc2

Décembre 2015 – installationinauguration le 15 décembre 2015 Arles Gallery

Juillet 2015

Juillet 2015 dans le programme off

fb-off

juillet 2015 – Article dans le journal le gai savoir du 10 juillet 2015

born-in-arles-avec-jurgen

 gai savoir Arles Gallery

juillet 2015 – Projections des jeudis des pénitents bleus au total plus de 30 photographes réunis et une projection gratuite tous les jeudis soir jusqu’à mi septembre 2015

flyer-recto-les-jeudis-des-penitents-bleus

juillet 2015 – Article dans un blog suisseArles-Gallery-Anne-Eliayan-photographies extrait de l'article

Juin 2015

Vernissage le 5 juin 2015 Arles Gallery

Juin 2015 – Article dans le journal La Provence du 07 juin 2015

Article du 7 juin 2015 xs

Mars 2015

Mars 2015 – Mardi 3 mars 2015 dans La Provence

article integré au site

expo de Jacquie fev 2015 carré

Janvier 2015

Exposition des photos de Arles Gallery dans la salle d’attente du docteur Jacques Licata au N°15 de la rue du pont.

© 2014-2015-2016 -2017-2018-2019-2020 Anne Eliayan – Toute reproduction interdite – Tous droits réservés.

Une réflexion sur “ Arles Gallery on en parle ! ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.