Le pigeonnier de la voie rapide

Arles_août_2007

Dessin Bruno Heitz

 

Cet endroit, cela fait très longtemps que je veux m’y arrêter. J’ai toujours pensé que c’était une bergerie. Et puis et puis le temps passe et je vois le pigeonnier qui menace de s’effondrer, alors, en ce beau mercredi, j’ai décidé d’aller prendre quelques photos du lieu.

Pour vous le situer, il est en contre-bas du rond-pont de la voie rapide qui mène à Monplaisir.
Tout d’abord je suis attirée par une petite tour plantée au milieu du champ.
le plus vieux moulin a ble d'Arles xs
Puis je me dirige vers le bâtiment :  je suis impressionnée par la grandeur des portes qui doivent mesurer peut être bien 3 mètres de haut et peut être plus.
Je suis en train de photographier l’intérieur du pigeonnierDSCN9741
quand arrive un homme qui me demande de faire très attention car le bâtiment menace de ruine. Effectivement je l’entend craquer et quelques pierres tombent alors qu’il n’y a pas de vent… Autant dire je m’éloigne de quelques mètres !
le pigeonnier dedans xs
Revenant sur ses pas il me demande si je suis d’Arles, je lui explique ma démarche. Alors voilà qu’il me raconte que ce lieu est en fait la cave d’un domaine viticole qui a servi ensuite pour la récolte du riz.
Me faisant visiter la bâtisse : il est fier de me montrer la trace au dessus de la plus grande porte indiquant le niveau de l’eau lors de la crue du Rhône de 1840, ce qui voudrait sous-entendre que le débit du Rhône lors de l’inondation de 1840 aurait été de 22 000 m3/heure (à peu près le double de ce que nous avons connu en 2003).  
A l’intérieur c’est beau…
dans la grange les escaliers xs
Il y a des tonneaux de vin immenses (mais vides) !
dans la grange XS
Il m’explique aussi que le domaine faisait au départ 84 hectares. Du fait de la terre peu généreuse et très argileuse, le vin de la région était faiblement alcoolisé -appelé vin à jus-et était mélangé avec un vin importé d’Afrique du nord.
Il m’affirme que la petite tour qui m’avait intriguée est le plus ancien moulin à blé d’Arles construit avant celui de Mouleyres.
Enfin, il me montre les noms gravés sur les murs avec des dates 1914, 1915, 1940,  qui sont de touchants témoignages de vie désormais disparues…

ex voto xsCela forcément m’a fait penser au texte de mon complice Jean-Marc :
 « Dans cette ville, partout sont les signes.
Dédicaces, blasons, devises, manteaux d’armes, trophées, monogrammes, eux orgueilleusement découpés dans la pierre. D’autres signes encore, humbles ceux-là : graffiti, noms gravés au couteau.
DSCN0098
Ont échappé les furtifs, les discrets, les incolores qui continueront à chuchoter, au bonheur parfois de qui saura les débusquer.
DSCN0101
 Noms, croquis ou ex-voto, gravés par une main dont même les os sont tombés en poussière, ils murmurent, attendrissants ou dérisoires, intemporels ou obsolètes, ultimes témoins peut-être de ce qui fut une vie. »
autographe jm 1 5x3

Publié le mercredi 18 février 2015

© 2015 Anne Eliayan – Toute reproduction interdite – Tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *