L’église des Carmes Déchaussés

 L’église des Carmes Déchaussés est à Arles évidente à tous, révélée à aucun.

carmes 4

Placée au carrefour de routes très fréquentées par des automobiles et des piétons, violemment éclairée la nuit, comment se pourrait-il que la qualité de ce bâtiment, sa capacité à accueillir une grande variété d’activités n’ait pas ébloui une troupe d’élus, d’investisseurs, d’aménageurs, que l’on voit partout tenter d’insuffler de l’allure à ce qui n’en aura jamais ?

carmes 1

Vendue comme bien confisqué aux congrégations religieuses à la Révolution, elle perdit sa voûte, qui menaçait ruine.
Lorsqu’il s’est agi de donner un bassin de retournement des navires au canal d’Arles à Bouc alors tout proche, on abattit, avec le cloître contigu, tout un côté de ses chapelles latérales, et la moitié, en diagonale, de sa nef.

carmes 3
Puis, après avoir bûché le grand manteau d’armes qui surmontait sa porte, et détruit celles qui en décoraient l’imposte, on déposa la partie haute de l’élégante façade, son fronton et ses ailerons.
Le vingtième siècle, voulant sa part de cette curée, vit s’installer à l’intérieur une forte structure de béton, et permit que l’on tronquât, encore une fois, sa façade, en faisant disparaître sa base dans les remblais des culées d’un pont autoroutier.

carmes 2
Notre siècle a, lui, choisi sa méthode : ne rien faire, jusqu’à ce que son délabrement soit tel qu’on soit obligé de raser les restes devenus dangereux, ou alors que le bâtiment ait le bon goût de s’écrouler tout seul, sur lui-même, de préférence la nuit.

carmes arles xs

Peut-être saurons-nous, in extremis, comprendre la beauté, rare même à Arles, de sa façade, apercevoir la vivacité de ses rinceaux et de ses bas-reliefs de la frise de la nef, à travers les branches des arbres qui l’envahissent, voir les voûtes d’arêtes de ses chapelles, les graffitis de barques – ex-voto ou croquis – qui s’enchevêtrent sur ses bases.

Qui pourrait nous donner le droit de gaspiller de la beauté ?

autographe jm 1

 

publié le mardi 23 décembre 2014

© 2014-2015 Anne Eliayan – Toute reproduction interdite – Tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *