mars 2018

Mars 2018

Cliquez ici pour voir la plus récente publication.

 

Semaines du sam 03 au ven 16 mars 2018

Numéro 150 du Vendredi 16 mars 2018

J’espère que vous allez bien et souhaite la bienvenue à tous les nouveaux lecteurs du journal.

« Symboles écornés de la parfaite femme d’intérieur ». Mais quelle idée que ce sujet ! Symboles de quoi ? Écorné cela veut dire sans corne ou cela veut dire endommagé ou cela peut aussi vouloir dire diminuer… Faites ce que vous pouvez avec ça !

Je remercie ceux qui ont vaillamment répondu à cette proposition et pour me faire pardonner j’espère que vous sourirez de ce journal qui pourrait bien être suivi d’autres du même style. Si cela vous plait (ou pas) dites le.

Je vous laisse découvrir la sélection de cette semaine.

Amitiés

Anne Eliayan

Rien à voir mais pourtant.

Pourquoi cette photo ici ? Pour l’homme comptant fleurette et non écorné qui est le parfait inverse de notre sujet !

Une partie de la série Wonderland dont est issue cette photo est actuellement accrochée 17 rue du cloître à Arles. L‘Odyssette  est une association qui vous propose, entre autre, des après-marchés sympatiques un samedi sur deux. Le prochain ? Samedi 24 entre 12 et 19 h.  Allez voir.

et pour nos amis anglophones

Pour nos amis qui parlent anglais depuis le temps ils ont pris l’habitude de corriger eux même mes fautes et je les remercie très sincèrement de leur gentillesse à mon égard.

What a strange idea ! I fully agree that it was a mad topic and I am deeply grateful to all those who sent me photos.

The text is too difficult to be translated because I tried to play with rhyming sounds and in English these words do not always rhyme.

To ask forgiveness for this, especially for you, I made further on this page a little text. Hoping you’ll enjoy reading. I let you discover it and the selection of the week.

Let’s spend a good time.

With all my friendlyness – Anne

Je dédie ce journal…

à toutes les épouses et mères qui mettent beaucoup d’amour dans de petits riens quotidiens pour le plus grand bonheur de ceux qu’elles aiment.

Si j’étais une ménagère j’enlèverais bien sûr la poussière mais je le ferais à ma manière avec un plumeau tendu comme l’épée d’un mousquetaire. Je croiserais bien le fer.

Si j’étais une ménagère je serais une aventurière sans avoir d’organe testiculaire j’aurais le cran de sortir de ma sphère pour parcourir les déserts.

Si j’étais une ménagère l’ordre serait secondaire je préférerais boire des bières que de nettoyer les pissotières.

Si j’étais une ménagère je jouerais au loto pour devenir millionnaire avant que je ne dégénère et que je me transforme en mémère.

Si j’étais une ménagère je rêverais d’être une corsaire voguant vers mon repère des îles sanguinaires dont je me serais fait une garçonnière.

Si j’étais une ménagère j’aurais le temps de lire Molière et même Voltaire qui me conseillerait d’être une secrète jardinière. Ce ne serait pas mes seuls élans littéraires et j’adorerais lire des polars de Raymond Chandler ou même chercher des nouveaux mots dans le dictionnaire.

Si j’étais une ménagère je serais parfois soumise aux tâches vulgaires de faire briller les couverts ou d’astiquer le revolver de ma grand-mère qui était une cavalière révolutionnaire.

Si j’étais une ménagère je cacherais sur la plus haute étagère l’anticalcaire de la cafetière qui donne au café un goût trop amer.

Si j’étais une ménagère je me ferais belle guerrière mettant du bleu sur mes paupières et faisant gonfler ma crinière.  J’irais promener en ville mon derrière.

Si j’étais une ménagère je me sentirais peut être prisonnière d’un sanctuaire et je rêverais de la mer et de l’Angleterre, d’un prince charmant qui me libère.

Si j’étais une ménagère je regarderais dans le ciel les avions de la compagnie Rastaquouère avec mon petit frère et je lui dirais « parfois tu exagères de faire sans cesse le tour de la terre ».

Si j’étais une ménagère, je consacrerais du temps au faits divers, j’aimerais les mystères et les intrigues des ministères des affaires arbitraires.

Si j’étais une ménagère je me transformerais en vipère ou même en sorcière puis à l’église j’irais faire une prière pour confier à Dieu ma misère.

Si j’étais… mais je ne suis pas !

Je préfère vivre dehors au grand air sans horaires que de passer ma journée à manger des desserts.

If I was a lonely housewife

I will be able to wash a knife without killing my meaning of life, without jeopardizing my afterlife nor risking imprisonment for life.

Each day I would go to town. In my pocket a penknife because outside is the wildlife.

I could treated myself to a good meal after a good clean . Boring days would not be rife.

 I could also sing some siren songs if you don’t call me fishwife.

If I was a lonely housewife I couldn’t play with some men called fife. I’m not in research of strife !

Les lions

Ils sont le symbole d’Arles, on en trouve au quatre coins du monde. Votre mission si vous l’acceptez ? En ramener de vos voyages et promenades. Pour que chaque semaine les lions soient présents dans cette rubrique. Wherever you are in the world send me lions !  

 

La phrase de Rylou est d’un anonyme

 

Hall of fame – who’s who !

 Ils ont contribué au journal de cette quinzaine. They made this newsletter.

Les photos sont sur la page d’accueil du site sans le texte si vous voulez voir cliquez sur ce lien.

Photographes et reporters :

Céline Geneys, Charles Kaminski, Jacques Estal, Michel Lombard, Laurence Grimaldi, Monique Gérard, Michèle Wurbel, Daniel Finkelstein, Michel Drouart, Carol Martin, Xavier Wurmser, CP, Sarah Espignole, Philippe Sabathé.

Rédacteurs et traducteurs : Micheline Miro- Maryline Liozon alias Rylou.

 

Appel à projet pour en savoir plus, cliquez.

Vous avez jusqu’à mi avril pour faire vos propositions

Prochain journal le vendredi 30 mars 2018.

Pour avril je vous promets des sujets un peu plus classiques qui vous feront souffler mais pour le prochain journal rejouez au célèbre jeu de société (comment ça vous ne connaissez pas ? allez voir sur le net) :

Cluedo le crime était organisé, presque parfait

Cluedo, this crime was organized 

a nearly perfect one !

 Date limite de réception des photos le mardi 27 mars minuit. The dead line for sending photos is the 27h march.

 

 

Semaines du sam 03 au ven 16 mars 2018

Numéro 151 du Vendredi 30 mars 2018

J’espère que vous allez bien et souhaite la bienvenue à tous les nouveaux lecteurs du journal. Le principe de cette newsletter ? Un rendez-vous sur un thème donné tous les quinze jours auquel tout le monde peut participer en envoyant ses photos. Cette fois-ci le sujet était Cluedo.

Connaissez vous le Cluedo ? Appelé Clue en Amérique du Nord, littéralement « indice » en français, c’est un jeu de société dans lequel les joueurs doivent découvrir qui est le meurtrier d’un crime commis dans un manoir anglais. C’est sur ce thème que j’ai proposé de faire le journal de cette semaine. J’espère que vous aurez envie d’y (re)jouer après ça!

et pour nos amis anglophones

Do you know  Cluedo? It is a murder mystery game. The object of the game is to determine who murdered the game’s victim, where the crime took place, and which weapon was used. It is with this topic I made this newsletter. I hope you’ll enjoy it !

With all my friendlyness – Anne

Clueless

Le jour se lève sur un manoir anglais. Un cri déchire la nuit hiiiiiiiiii ! C’est la vieille domestique qui vient de trouver le maitre des lieux, le Docteur Lenoir. Mort. On voit bien que le corps a été déplacé. A côté de lui écrit en lettre de sang un message énigmatique : « appelez Harris ». In an English mansion, morning is rising. An ugly cry breaks up the night, hiiiiiiiiiiii ! It is the old maid who just found the dead body of Doctor Black the landlord of the place. The body has clearly be moved. Beside the corps a letter and on it a message written with blood says enigmatically: “Call Harris”. La veille, une soirée a été organisée en l’honneur du 7ème art. De nombreuses personnalités étaient là et le champagne a coulé à flot. Lenoir avait confié à ses amis que depuis quelques temps il se sentait épié. The night before, a party had taken place honoring the movie world. Lots of famous people and lots of Champaign. That same night, Doctor Black confessed to his friends that he felt followed recently.

Dans la maison qui se réveille en émoi, encore pleines d’invités, la domestique suivant les instructions de son patron compose le numéro de la police pour informer l’inspecteur Harris. Parmi les premiers descendus, Mademoiselle Rose est l’actrice en vogue. Elle est très fière de son oscar, qui ne quitte d’ailleurs jamais sa main. Est-ce que cette distinction pourrait être l’arme du crime ? In the shaken house, still full of people, the maid rings the police, to inform Inspector Harris. Among the first people to wake up and show up downstairs, Miss Scarlett, so proud of her Oscar that she carries it all the time. Could it be the crime instrument?

Pour l’instant elle ne montre aucune émotion pour le cadavre par terre. Elle propose à la cantonade : « si nous petit déjeunions en attendant ? ». Comprendre ce qui se passe dans la tête d’une actrice toujours prête à se cacher derrière un rôle est très difficile. As for now, she does not seem moved, by the dead body,  “why don’t we  have breakfast” she says. It is never easy to guess what is going on in an actress mind, whatsoever.

Le Colonel Moutarde est une ancienne star du rugby à XIII. Il suit Rose comme un toutou. Tous deux s’assoient à la table dressée, rapidement suivis par Madame Leblanc et le révérend OliveColonel Mustard, former Rugby famous player, constantly following Miss Scarlett as her pet, sits beside her. Here come Mrs. White and Reverend Green as well who join their table.

Madame Pervenche descend les escaliers au bras du professeur Violet et viennent les rejoindre. Dans les escaliers des poupées abandonnées de la veille lorsque Rose avait rejoué son rôle d’orpheline qui lui avait valu la reconnaissance de la profession pour son talent. Ms. Peacock, taking the arm of Professor Plum descend the stairs. On the staircase a few dolls left from the night before when miss Scarlett had replayed the orphan’s role which was her ancient glory.

Sur la table un chandelier chasse l’obscurité du petit matin et  illumine d’une façon lugubre les visages. La domestique glisse sous la tasse de thé de Rose un mot : « dénoncez vous ou je raconterai ce que je sais de vous et du Docteur Lenoir ». On the table a few candles disperse a gloomy light, making the faces of everyone dim. The maid slides a paper under Scarlett cup of tea, saying : “if you do not tell the truth yourself, I will tell that I know what happened.”

Rose se rend compte que la domestique peut nuire à son ascension en parlant de sa liaison et décide de la tuer avec la clé anglaise dans la cuisine. Son forfait accompli elle cache le corps dans la caveScarlett realizes that the maid could ruin her professional ascend if her affair is discovered, and decides to kill the maid. After doing so, with a spanner, she hides the corpse in the cellar.

Quand l’inspecteur Manon Harris se pointe, elle remarque un châle à terre dans l’embrasure de la porte du Hall. Elle sort sa loupe. Sur le châle des perles laissent à penser que le châle appartient à une personne d’un certain âge. As Manon Harris arrives, she notices a scarf on the floor in the hallway. She picks her snag up : pearls decorating the scarf let think that the scarf belongs to an older person. Manon Harris checked and confirm that the Doctor is definitely dead.

L’inspecteur Harris fait une première constatation que le Docteur est bien mortibus et que les serrures n’ont pas été forcées. L’assassin était dedans le manoir ! Il est donc toujours là. « Personne ne quitte le manoir tant que je ne l’ai pas interrogé ! » ordonne t’elle. No locks were forced, the murderer is inside the house ! “No one is allowed to leave before I question everybody” she claims.

Le révérend Olive a soudain un tremblement nerveux. Et si Moutarde décidait de parler de ses fameuses crises de colère contre le Docteur Lenoir ? Il décide de l’éliminer avant que l’inspecteur Harris ne le questionne. Trop de soupçons pèseraient sur lui… Caché derrière la porte de la salle de bain il guette le potentiel délateur et d’un coup de couteau lui tranche la gorge. Du sang partout !  Il ferme la porte à clé pour éviter que la pièce ensanglantée ne soit découverte.  Sans allumer la lumière il fait rouler le corps sur les vieux escaliers en bois de la cave qui grincent à peine sous le poids de l’occis.

Reverend Green starts shaking. He is scared that Moutarde would decide to mention his hangry manners against Doctor Black, and decides to kill him before Harris had a chance to question him. He waits behind the door of the bathroom and kills him with a knife. Blood everywhere ! Green closes the door in order that the room would not be discovered and pushes the body in the staircases of the cellar.

Réunis dans le grand salon, Madame Pervenche fume cigarette sur cigarette tandis que Rose se refait les ongles et que le Révérend Olive reste en position de prière marmonnant des mots inintelligibles. Madame Leblanc a l’air d’avoir abusé du whisky alors qu’il est encore tôt dans la matinée. Le professeur Violet regarde les yeux perdus dans le vide. Mais où est passé cet idiot de Moutarde ? Madame Pervenche dit « j’en ai assez d’attendre ! » et se dirige vers le bureau vide bientôt suivie par le professeur Violet. « Cher ami, cela t’arranges plutôt bien que Lenoir soit mort tu n’auras pas à rembourser ta dette… ça te fais un mobile ! »  Se sentant en danger il  lui assène un violent coup de matraque fendant en deux le crane de la malheureuse et s’empresse de jeter son corps dans la cave.

They are all in the main living room. Mrs. Peacock is smoking cigarettes after cigarettes, Miss Scarlett polishes her nails, while Reverend Green keeps a prayer position mumbling in audible words. Mrs. White seems to have had a lot of whiskey already . Professor Plum looks in the infinite, but where is Colonel Mustard ? Mrs Peakock says “I am fed up! I am tired of waiting, » She goes to the study with the Professor Plum. “Dear friend ! With the death of Black you ought to be suspected for your gambling debt. What a strong alibi evidence !”  Sensing the danger, Professor Plum open in two parts the head of the poor Mrs  with a lead pipe.

Malheureusement le révérend John Olive a surpris la scène. Le professeur Violet l’étrangle avec une vieille corde. Unfortunately, Reverend Green saw the scene. Professor Plum strangles him with an old rope.

Ignorant ces drames, l’inspecteur Manon Harris est à la recherche des indices qui expliqueront la mort du docteur Lenoir. Elle se dit :  » je suspecte Madame Leblanc d’avoir tué le docteur Lenoir avec le révolver dans le couloir ». While ignoring everything about these other tragedies, Manon Harris is still looking for clues to explain Doctor Black death. She says to herself : “ I suspect that Mrs White, killed Dr Black in the corridor, with the gun.”

Mais où est passée Madame Leblanc ? C’est l’odeur de whisky qui mène l’inspecteur jusqu’à elle il la retrouve cachée dans la chambre à coucher : « oui j’avoue je voulais récupérer le plus gros diamant du monde et je ne savais pas que ce n’était que du vulgaire verre! ». But where is this bloody Mrs White ? Thanks to the smell of whisky inspector Harris finds her in the bedroom. Yes ! I confess I wanted to get the biggest diamond of the world. Much to my surprise it was only a vulgar piece of glass !

Les menottes lui sont rapidement passées tandis que Melle Rose et le Professeur Violet s’enfuient par un passage secret qui conduit dans les ruelles obscures. While Manon Harris put Mrs White handcuffs, Scarlett and professor Plum escape throught a secret passage that leads to dark alleys.

Encore une enquête rondement menée se dit Manon sans savoir ce qu’elle pourrait trouver si elle allait faire un tour dans la cave ! Another case resolved, thinks Manon in an happy mood… Ignoring what she could found in the cellar!

Soyez inspirés ! Be inspired. … See you again in couple of weeks. Toutes les photos sur le site en tapant ArlesGallery dans votre portail. Contactez moi si vous avez un sujet que vous aimeriez traiter ou voir traité. Téléphone 06 59 35 57 51 ou mail anne.eliayan@yahoo.fr

Les lions de la semaine

Ils sont le symbole d’Arles, on en trouve au quatre coins du monde. Votre mission si vous l’acceptez ? En ramener de vos voyages et promenades. Pour que chaque semaine les lions soient présents dans cette rubrique. Wherever you are in the world send me lions !  

La phrase de Rylou

« Le coupable est celui à qui le crime profite »

Signé l’inspecteur Colombo ? Non ! Sénèque

Hall of fame – who’s who !

 Ils ont contribué au journal de cette quinzaine. They made this newsletter.

Les photos sont au début du site de ArlesGallery.com sans texte si vous voulez voir cliquez sur ce lien.

Photographes et reporters :

Bernard Dupré, Edwige Mongne, Françoise Le Goff, Gabriel Meunier, Gilles Montagné, Jean-Claude Desarnaud, Jean-Marie Collavizza, Manon Harris, Pat Thiriet, André Lopez, Céline Geneys, Charles Kaminski, Monique Gérard, Michèle Wurbel, Daniel Finkelstein, Xavier Wurmser, Philippe Sabathé.

Rédacteurs et traducteurs : Marie-Anne Devaux, Micheline Miro, Maryline Liozon alias Rylou.

En ce moment l’Expo l’Arlésienne et ces petits bouts de nous

 

Prochain journal le vendredi 13 avril 2018.

Épouvantail, lion, robot : le magicien d’Oz.

The Wonderful Wizard of Oz

 Date limite de réception des photos le mardi 10 avril minuit. The dead line for sending photos is the 10th april.

arles-gallery-journal

© 2018 Anne Eliayan – Toute reproduction interdite – Tous droits réservés.