Juin 2018

Juin 2018

Cliquez ici pour voir la plus récente publication.

                

 

Semaines du sam 26 mai au ven 08 juin 2018

Numéro 156 du Vendredi 6 juin 2018

J’espère que vous allez bien et que ces quinze derniers jours ont été porteurs de bonnes nouvelles. Je vous vois déjà trépigner car votre destination pour les beaux jours est déjà choisie. Peut être serez vous à Arles pour cet été et j’espère que vous passerez nous dire bonjour.

Bon en attendant, nous voilà repartis dans la mélancolie avec ce journal sur le thème des toits illustré par un poème de Verlaine (oui, je sais, j’aime les poèmes de Verlaine que voulez vous!).

Avec toute mon amitié 

Anne Eliayan

et pour nos amis anglophones

Today the topic is about roofs with a poem of Paul Verlaine. I hope by sharing these photos to give you beauty in our cruel world. So enjoy your reading !

With all my friendlyness

 Anne

Pourquoi ce poème ? Why this poem ?

Pendant la guerre de 1870, Verlaine il se lie avec Rimbaud. En juillet 1873, il tire sur son ami deux coups de revolver et va en prison. C’est la bas qu’il écrit ce poème car depuis la petite fenêtre de sa cellule il ne voit que les toits.

In 1870, during the war, Verlaine meets Rimbaud. But in July 1873, he shoots twice on his friend and is imprisoned. He writes this poem behind bars. He can only see roofs by the little window of his jail cell.

Le ciel est, par-dessus le toit,
Si bleu, si calme!
Un arbre, par-dessus le toit,
Berce sa palme.

The sky-blue smiles above the roof

So blue, so quiet! 

A green tree rears above the roof, 

Its waving crest.

La cloche, dans le ciel qu’on voit,
Doucement tinte.
Un oiseau sur l’arbre qu’on voit,
Chante sa plainte.

The church bell in the sky

Gently rings,

A bird in a tree

Endlessly sings.

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là
Simple et tranquille.
Cette paisible rumeur-là
Vient de la ville.

My God, my God, all life is there,

Simple and sweet.

This peaceful murmur there

Comes from the town.

Qu’as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse,
Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse
 ?

– What have you done,

O you that weep all day and night long

Say, with your youth, you man that weep,

What have you done?

Appel à projet prochaine expo 18-100 du 15 oct au 15 déc. 2018

Le sujet : 1918 il y a 100 ans

Les œuvres proposées par les artistes peuvent être retenues ou non. Cela n’est pas un jugement de valeur sur la qualité de la proposition.

La scénographie est gérée par notre collectif qui décide aussi collégialement du contenu de l’exposition. Les propositions doivent coller au maximum avec les éléments donnés dans l’appel à projet ci-dessous :

Sans oublier la mission éducative de cette exposition, traiter de la 1ère guerre mondiale en sortant des tranchées d’une façon originale, pertinente, décalée et porteuse de sens sur les valeurs et représentations utilisées conventionnellement.

Il s’agit de développer, mettre en scène ou même déformer -entre autres- les thèmes suivants :

Le rôle de la femme/Le courrier/Le quotidien (froid, humidité, boue, poux…)/Rôle de la médecine et de la chirurgie/Quel réconfort ?/La révolte/ L’espoir/La guerre d’usure/La proximité permanente du danger.

Les propositions doivent être présentées avant le 31 juillet 2018. Tous les détails ont été donnés dans une newsletter la semaine dernière.

Vous pouvez m’en refaire la demande si vous le désirez.

Arles insolite et méconnue

Croyez vous vraiment qu’Arles vous a livré tous ses secrets ?

J’ai eu grand plaisir à travailler avec mon ancien professeur René Garagnon. Découvrez ce livre de 120 pages, déambulation dans Arles de quartier en quartier et dénichez des détails peu connus.

Vous recevez des amis cet été ? C’est peut être un joli cadeau que vous pouvez leur offrir pour les aider à découvrir la ville.

Version en français et en anglais, traduction en anglais des textes par Micheline Miro.

Un lion arlésien

 Lion rare, parce qu’il se trouve sur cette peinture du 18e siècle, elle même dans  l’église St Césaire pas encore désacralisée mais rarement ouverte au public car elle se dégrade et parce qu’il est tout petit petit. Mais il est bien là le lion d’Arles…

Sur la voile du bateau…. Si si regardez bien !

Un autre qui a pris de la hauteur pour l’occasion

Ils sont le symbole d’Arles, on en trouve au quatre coins du monde. Votre mission si vous l’acceptez ? En ramener de vos voyages et promenades. Pour que chaque semaine les lions soient présents dans cette rubrique. Wherever you are in the world send me lions !  

Mais pour la maîtrise de l’occupation des toits il semble que ce soit la cigogne qui remporte le prix !

Hall of fame – who’s who !

 Ils ont contribué au journal de cette quinzaine. They made this newsletter.

Photographes et reporters :

Gabriel Meunier – Daniel Finkelstein – Christian Falaschi – Bernard Dupré – Françoise Le Goff – Paulette Greig -Xavier Wurmser – Philippe Sabathé – Pat Thiriet – Monique Gerard – Jean-Claude Desarnaud – Danièle Caron – Céline Geneys – Jean-Marc Moulinet – Charles Kaminski – Gilles Montagné – Gisèle Jacquet.

Rédacteurs et traducteurs : Micheline Miro, Maryline Liozon alias Rylou.

Venez acheter une photo si vous avez un cadeau d’anniversaire à faire.

En ce moment l’Expo l’Arlésienne (ce sont ses derniers jours) et ces petits bouts de nous.

On sort !

Vernissage de l’exposition de notre ami Michel Nachef le 6 juin 2018 à partir de 18h30. C’est à Sainte Anne, nous lui souhaitons beaucoup de succès.

Prochain journal le vendredi 22 juin 2018.

Pour la Saint Jean : Feux brûlants – Light fires

 Date limite de réception des photos le mardi 19 juin minuit. The dead line for sending photos is the 19th june.

Soyez inspirés ! Be inspired. … See you again in couple of weeks. Toutes les photos sur le site en tapant ArlesGallery dans votre portail. Contactez moi si vous avez un sujet que vous aimeriez traiter ou voir traité. Téléphone 06 59 35 57 51 ou mail anne.eliayan@yahoo.fr

Semaines du sam 09 au ven 22 juin 2018

Numéro 157 du Vendredi 22 juin 2018

J’espère que vous allez bien et que vous êtes heureux des beaux jours d’été enfin revenus. Cela m’amuse de parler de cela car dans le midi nous passons de la phrase : « il fait froid, on se demande quand les beaux jours vont arriver !  » à la phrase « il fait trop chaud ! » du jour au lendemain.

Peut être est-ce la première fois que vous nous lisez, dans ce cas je vous souhaite la bienvenue dans ce petit journal qui sort tous les quinze jours sur le net et qui a l’ambition de discourir sur une thématique avec l’aide de photographes venus des quatre coins de France ou même du monde.

Aujourd’hui le sujet est le feu. J’espère que vous aimerez les photos et que vous sourirez pour le texte. Je vous dis à très bientôt, je retourne à l’accrochage des nouvelles expos de notre lieu parce que vous le savez bien les Rencontres de la photo, c’est dans quelques jours !

Je vous laisse découvrir la sélection de cette semaine.

Avec toute mon amitié 

Anne Eliayan

 

et pour nos amis anglophones

Today the topic is about fire. I say a warm welcome for the new subscribers. Enjoy these photos and just play with these common phrases : 

  • a baptism of fire
  • A burnt child dreads the fire
  • add fuel to the fire
  • be playing with fire
  • between two fires 
  • Fire is a good servant but a bad master
  • Great balls of fire!
  • hang fire
  • If you play with fire, you get burned
  • in the firing line
  • light a fire under
  • no smoke without fire
  • play with fire
  • pull (one’s) chestnuts out of the fire

With all my friendlyness

 Anne

Une histoire qui met le feu aux poudres

C’était le couvre feu. On avait fermé les portes coupe-feu. Les vieux s’étaient assis au coin du feu. J’avais la gorge en feu. Feu d’un alcool fort. J’avais joué avec le feu.

Un des vieux du coin m’a dit « j’y mettrai ma main au feu. Il n’y a pas de fumée sans !  »

Oui, il avait raison à force de verser de l’huile, j’avais mis le feu aux poudres.

Tout avait commencé par un baptême du feu et je n’y avais, à l’époque, vu que du feu. Travailler dans le feu de l’action me plaisait, et puis, j’avais été rapidement pris entre deux. Entre deux feux pour être précis.

Je venais de rencontrer la belle Lola aux cheveux de feu. Mon cœur avait pris feu. J’étais tout feu tout flamme de ce premier rendez-vous. Pourtant j’étais prévenu ! Son tempérament de feu ne laissait personne indemne et telle un Attila féminin elle avait la sulfureuse réputation des flammes de l’enfer. Connue pour ses innombrables prétendants qui se mettaient à sang et à feu.

 

Elle avait ouvert le feu en me laissant mijoter à petit. Feu.

À feu doux.

Feux son père ne m’aurait pas donné le feu vert. J’aurais été obligé d’en griller un rouge.

Je voulais être impeccable ce soir là et ressentais le feu du rasoir trop vite passé. Quand j’ai voulu l’embrasser elle m’a dit « y’a pas l’feu ».

Quels artifices !  Elle m’avait bien allumé.

Puis elle m’a laissée, ravagé comme un champ brûlé.  Le feu est un bon serviteur mais un mauvais maître, il avait fallu appeler les pompiers pour me ranimer.

Les vieux on crié au feu et ont dansé sur le tas de cendre de ce pauvre amour.

Ce fut une liaison qui ne fit pas long feu, pourtant je garderai longtemps encore l’image de ses yeux de braise, ses yeux dans lesquels brillaient mille feux.

On sort ? 8 Rue de la Liberté

Christian Pic et moi-même vous proposons notre nouvelle série

Inconnues

Ce que j’ai envie de vous en dire ? La peau ne révèle rien de la personne et le nu malgré les apparences n’a rien à voir avec l’intime.

et pour les Rencontres de la photographie 2018, d’Art d’Arles a sollicité un parrain. C’est CharlElie Couture qui expose avec nous 3 de ses oeuvres que vous pourrez découvrir avec les propositions de 22 autres artistes sur le thème de

Make Love Not War

Sûr que les salles entre deux accrochages sont assez vides mais si vous venez à partir du 2 juillet vous allez en avoir pour votre déplacement c’est promis !

Les Verni-passages

mardi 3, mercredi 4, jeudi 5 et vendredi 6 juillet de 18h28 à 20h32.

Appel à projet prochaine expo 18-100 du 15 oct au 15 déc. 2018

Le sujet : 1918 il y a 100 ans

Les œuvres proposées par les artistes peuvent être retenues ou non. Cela n’est pas un jugement de valeur sur la qualité de la proposition. La scénographie est gérée par notre collectif qui décide aussi collégialement du contenu de l’exposition. Les propositions doivent coller au maximum avec les éléments donnés dans l’appel à projet ci-dessous :

Sans oublier la mission éducative de cette exposition, traiter de la 1ère guerre mondiale en sortant des tranchées d’une façon originale, pertinente, décalée et insolite, porteuse de sens sur les valeurs et représentations utilisées conventionnellement.

Les propositions doivent être présentées avant le 31 juillet 2018.

Lions

Ils sont le symbole d’Arles, on en trouve au quatre coins du monde. Votre mission si vous l’acceptez ? En ramener de vos voyages et promenades. Pour que chaque semaine les lions soient présents dans cette rubrique. Wherever you are in the world send me lions !  

 

Hall of fame – who’s who !

 Ils ont contribué au journal de cette quinzaine. They made this newsletter.

Le journal est aussi dans le site de ArlesGallery.com si vous voulez voir cliquez sur ce lien.

Photographes et reporters :

Daniel Finkelstein – Bernard Dupré – Françoise Le Goff – Xavier Wurmser – Monique Gerard – Céline Geneys – Jean-Marc Moulinet – Charles Kaminski- Claudia Vialaret – Daniel Volpatti – Denis Vazquez – Fabrice Spica – Jean-Marie Collavizza – Marie Begel –  Marie.J MArchand.

Rédacteurs et traducteurs : Micheline Miro, Maryline Liozon alias Rylou.

Prochain journal le vendredi 6 juillet 2018.

Promenons nous dans les bois – A walk in the woods ?

 Date limite de réception des photos le mardi 3 juillet minuit. The dead line for sending photos is the 3th june.

Soyez inspirés ! Be inspired. … See you again in couple of weeks. 

arles-gallery-journal

 

© 2018 Anne Eliayan – Toute reproduction interdite – Tous droits réservés.