avril 2018

Avril 2018

Cliquez ici pour voir la plus récente publication.

 

Semaines du sam 31 mars au ven 13 av. 2018

Numéro 152 du Vendredi 13 avril 2018

J’espère que vous allez bien et suis ravie de vous retrouver pour ce cent-cinquante-deuxième numéro. Le sujet que je vous ai proposé était : robots, épouvantails, arc en ciel, et pays merveilleux. Vous avez été plusieurs à me suivre pour parler de l’ histoire du Magicien d’Oz, un  roman écrit par Lyman Frank Baum publié aux États-Unis en 1900.

C’est en fait une fable qui parle de la dépression économique (la tornade) engendrant du chômage et la migration pour de nombreux ouvriers et agriculteurs. Leur retour chez eux ne peut être possible que grâce à une monnaie forte (les souliers d’argent).

Pour la petite histoire, le livre connait la censure dans certaines villes des États-Unis, comme à Chicago ou à Détroit jusqu’en 1972, car des femmes y tiennent des rôles de leaders.

Le message de ce livre est toujours d’actualité : l’amour, l’amitié, la solidarité et le désintéressement rendent toute chose possible et le monde meilleur.

Avec toute mon amitié – Anne Eliayan

et pour nos amis anglophones

I guess you’re well and I’m glad to be with you for this newsletter. Today the topic is about The Wonderful Wizard of Oz, the novel written by author L. Frank Baum, originally published in Chicago on May 17, 1900.

The novel is one of the best-known stories in American literature . It became a Broadway musical adaptation in 1902 then a famous musical film with Judy Garland in 1939.

The message of the Oz books—love, kindness, and unselfishness make the world a better place—is always value today.

I hope you’ll spend a lovely moment reading this newsletter.

And always… Please forgive my bad translations. 

With all my friendlyness

 Anne

Osons Oz

Dorothée et son petit chien Toto habitent le Kansas. Ils sont enlevés par une tornade et transportés dans un pays merveilleux du nom d’Oz.

The story chronicles the adventures of a young farm girl named Dorothy in the magical Land of Oz, after she and her pet dog Toto are swept away from their Kansas home by a cyclone wich deposits them in the magical Land of Oz.

La petite fille récupère les souliers d’argent d’une sorcière. Elle doit s’adresser au magicien d’Oz, pour pouvoir rentrer chez elle. A good Witch gives Dorothy the magical Silver Shoes and tells Dorothy that the only way she can return home is to go to the Emerald City and ask the Wizard of Oz to help her.

En chemin, Dorothée rencontre un épouvantail qui se plaint de ne pas avoir de cerveau. On her way Dorothy meets several characters an iron made man, a scarecrow and a cowardly lion. The Scarecrow wants a brain.

Puis un bûcheron en fer blanc (une sorte de robot avant l’heure) qui regrette de ne pas avoir de cœur. The Tin Woodman wants a heart.

… et un lion qui déplore son manque de courage, and the Cowardly Lion wants courage.

Ils se rendent auprès du magicien pour qu’il réalise leurs souhaits. Le magicien accepte, à condition qu’ils éliminent une méchante sorcière. Dorothée y parvient mais le magicien se trouve être un imposteur. Dorothy encourages them to journey with her and Toto to the Emerald City to ask for help from the Wizard. After several adventures, the travelers enter the gates of the Emerald City. The Wizard agrees to help them all if they kill a Wicked Witch. Dorothy did it, but the Wizard was an impostor, not able to help them.

En fin de compte, tout le monde trouve dans ses propres ressources ce qu’il cherchait. L’amitié, la solidarité ont mis en évidence que l’homme de métal avait un cœur, l’épouvantail avait un cerveau et que le lion savait se battre. Each of them found what he was looking thanks to their courage and their honest friendship.

Dorothée peut rentrer chez elle grâce aux souliers d’argent magiques : il lui suffit de claquer trois fois les talons et d’exprimer son souhait de rentrer chez elle et la voilà instantanément revenue devant sa ferme.

The Silver Shoes Dorothy wears can take her anywhere she wishes to go. Dorothy takes Toto in her arms, knocks her heels together three times, and wishes to return home. Instantly, she returns in the Kansas prairie running to her farm and saying « I’m so glad to be at home again! »

Voilà c’est tout.

Arles insolite et méconnue – samedi 21 avril à partir de 16 h

René Garagnon et moi-même avons le plaisir de dédicacer le livre que nous avons écrit sur Arles.  Je serai ravie de vous voir.

Livre de 120 pages qui est une déambulation dans Arles de quartier en quartier pour y dénicher des détails peu connus. Version en français et en anglais.

Traduction en anglais des textes par Micheline Miro.

Les lions de la semaine

Ils sont le symbole d’Arles, on en trouve au quatre coins du monde. Votre mission si vous l’acceptez ? En ramener de vos voyages et promenades. Pour que chaque semaine les lions soient présents dans cette rubrique. Wherever you are in the world send me lions !  

La phrase de Rylou

« Tel un épouvantail, il ne fait peur que de loin »

Proverbe égyptien

Hall of fame – who’s who !

 Ils ont contribué au journal de cette quinzaine. They made this newsletter.

Photographes et reporters : Bernard Dupré, Gabriel Meunier, Manon Harris, Charles Kaminski, Monique Gérard, Michèle Wurbel, Daniel Finkelstein, Christian Falaschi, Gisèle Jacquet, Jacques Estal, Philippe Sabathé.

Rédacteurs et traducteurs : Marie-Anne Devaux, Micheline Miro, Maryline Liozon alias Rylou.

Prochain journal le vendredi 27 avril 2018.

A quoi voit on que les beaux jours sont de retour ?

 

How can you see that beautiful days come back ?

 Date limite de réception des photos le mardi 24 avril minuit. The dead line for sending photos is the 24th april.

Soyez inspirés ! Be inspired. … See you again in couple of weeks. Contactez moi si vous avez un sujet que vous aimeriez traiter ou voir traité. Téléphone 06 59 35 57 51 ou mail anne.eliayan@yahoo.fr

Numéro 153 du Vendredi 27 avril 2018

Merci de me retrouver encore une fois pour ce nouveau journal dont le thème est : « Ah les beaux jours !!! », merci à ceux qui ont envoyé des photos et bienvenue à ceux qui viennent de nous rejoindre. J’espère que vous allez bien et que vous prenez avec philosophie le pollen en suspension dans l’air printanier !

Pour parler du printemps quoi de mieux que quelques vers de Jacques Prévert ? Je vous souhaite une bonne promenade photographique accompagnée par la musique des mots.

Et pour nos amis anglophones

I guess you’re well and I’m glad to be with you for this newsletter. Today the topic is about spring.

I use a poem about this season written by Jacques Prévert a famous French poet. I hope you’ll spend a lovely moment looking at this newsletter, and I hope you’ll forgive me because I was not able at all to translate in English this text !

With all my friendlyness

 Anne

Grand Bal de printemps

Dans les eaux brèves de l’aurore
où les nouvelles lunes et les derniers soleils
A tour de rôle
viennent se baigner

Une minute de printemps
dure souvent plus longtemps
qu’une heure de décembre
une semaine d’octobre
une année de juillet
un mois de février

Chaque année
chaque nouvelle saison souhaite la fête à la ville
et chacune en son temps chacune à sa manière
l’hiver après l’automne l’automne après l’été

quand le soleil astique les cuivres pour rendre sur l’Esplanade
la fanfare plus martiale

Comme un jardin perdu qu’on vient de retrouver
encore plus beau qu’avant
Et encore plus vivant

Grand Bal de Printemps
Cet air court les ruisseaux et les rues de la ville

Et ce n’est pas sa faute
si les ponts sont trop chers
la vie toujours plus dure
le bonheur plus précaire

Toutes ses promesses sont des fêtes
Il n’est pas responsable du reste.

Arles insolite et méconnue

Croyez vous vraiment qu’Arles vous a livré tous ses secrets ?

J’ai eu grand plaisir à travailler avec mon ancien professeur René Garagnon. Découvrez ce livre de 120 pages, déambulation dans Arles de quartier en quartier et dénichez des détails peu connus.

Vous recevez des amis cet été ? C’est peut être un joli cadeau que vous pouvez leur offrir pour les aider à découvrir la ville.

Version en français et en anglais, traduction en anglais des textes par Micheline Miro.

Les lions de la semaine

Ils sont le symbole d’Arles, on en trouve au quatre coins du monde. Votre mission si vous l’acceptez ? En ramener de vos voyages et promenades. Pour que chaque semaine les lions soient présents dans cette rubrique. Wherever you are in the world send me lions !  

Hall of fame – who’s who !

 Ils ont contribué au journal de cette quinzaine. They made this newsletter.

Photographes et reporters :

Bernard Dupré, Gabriel Meunier, Carol Martin, Charles Kaminski, Marie-Anne Devaux, Monique Gérard, Michèle Wurbel, Daniel Finkelstein, Cyril Jacquart, Danièle Desarnaud, Jean-Claude Desarnaud, Denis Vazquez, Gisèle Jacquet, Jacques Estal, Evelyne Merique, Gilles Montagné, Jean-Marc Moulinet,Richard Benkemoun, Monica Daniel, Marc Venet, Pat Thiriet, Xavier Wurmser.

Rédacteurs et traducteurs : Micheline Miro, Maryline Liozon alias Rylou.

arles-gallery-journal

 

© 2018 Anne Eliayan – Toute reproduction interdite – Tous droits réservés.