Juillet 2017

Juillet 2017

Cliquez ici pour voir la plus récente publication. 

Semaine du sam 01 au ven 07 juillet 2017

Numéro 128 du Vendredi 7 juillet 2017

Cadavres exquis ?

Numéro 128 du Vendredi 7 juillet 2017 

Non , ce n’était pas simple, je vous avoue que ce journal tient un peu comme par magie, vous avez été imaginatifs, donnant chacun des mots et des photos et je me suis trouvée en difficulté pour assembler ces propositions. Je vous les livre -mots et photos associés- comme cela m’a été offert… Ahah ! J’adore les défis.

C’est donc une histoire sans queue ni tête mais qui finit bien : vous avez le journal livré en temps et en heure.

Bonne lecture … Très amicalement vôtre,

Anne

Juste une mise au point.

Je n’étais pas d’humeur morbide en lançant se sujet. Le cadavre exquis est un jeu collectif inventé par les surréalistes vers 1925. Le jeu consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu’aucune d’elles ne puisse tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes.

Chaque participant écrit à tour de rôle une partie d’une phrase, dans l’ordre sujet–verbe–complément, sans savoir ce que le précédent a écrit.

La première phrase qui résulta et qui donna le nom à ce jeu fut « Le cadavre – exquis – boira – le vin – nouveau ». Vous savez tout.

Et pour les amis anglophones :

This week let’s talk about exquisite corpse, also known as exquisite cadaver (from the original French term cadavre exquis).

It is a method by which a collection of words or images is collectively assembled. This game was invented by surrealists each players write in turn on a sheet of paper, fold it to conceal part of the writing, and then pass it to the next player for a further contribution. 

Sorry, I can’t translate because these sentences haven’t meaning at all !

Friendly yours,

Anne

Emma et Emmi

bêlent

aux sentinelles

de l’infinitude

Les ombres

et moi

peignons

la vie en rose

une girafe jaune

… et un vizir

fument et boivent

immobiles

ohé y’a quelqu’un ?

La mante, avant le jour

pique et coupe

les vers luisants

de la modernité

Ils ont contribué au journal de cette semaine. They made this week newsletter.

Photographes et reporters : Bernard Dupré, Philippe Sabathé, Xavier Wurmser, Monique Gerard, Marc Venet, Didier Villette, Gilles Montagné, Charles Kaminski, Charles Alvaro.

Rédacteurs et traducteurs : Danièle Caron, Micheline Miro, Marie-Anne Devaux, Céline Geneys, Maryline Liozon alias Rylou.

Prochaine soirée lecture

Et après ? Bientôt plus d’infos sur …

Jeudi 3 août vers 21h15 : soirée Léthé – Lecture autour des Photographies de Françoise Galeron et des textes de Christian Pic.

Jeudi 10 août vers 21h15 soirée jeunes photographes étrangers avec la présence de la  photographe brésilienne Alessandra Levtchenko et le photographe Italien Michelangelo Sardo.

Jeudi 17 août vers 21h15 projection photos jeunes photographes arlésiens.

Jeudi  24 août vers 21h15 soirée projection « voyageurs« , des paysages de rêve et l’accompagnement au piano de Pierre Matarese.

Jeudi 31 août vers 21 h soirée film le retour de Dracula en présence du réalisateur Yves Bertheol.

Vendredi 22 septembre 20 h soirée lectures/ photos « Fables » avec Cédric Garoyan.

En préparation pour plus tard… Vous en avez redemandé : une nouvelle intervention de Didier Montet chercheur au CIRAD , sur le thème « Du fer dans les épinards et autres mythes alimentaires » avec Marie Pellet.

En préparation pour plus tard… une nouvelle intervention de Didier Montet chercheur au CIRAD : Du fer dans les épinards et autres mythes alimentaires.

Voici le sujet de l’expo collective de 2018

Vous pouvez commencer à réfléchir sur vos propositions, venez nous en parler si vous souhaitez vous joindre à nous

L’amour, l’absence, la nostalgie, le manque :
rêver de l’arlésienne

Le lion de la semaine Weekly lion

Ils sont le symbole d’Arles, vous allez bien m’en trouver un lors de vos promenades ? Send me lions !  Celui là, j’ai dû déjà le mettre mais je l’adore.

Prochain journal le vendredi 14 juillet 2017.

Le sujet :  Lumières nocturnes

Next entry in the log on 14th july  :  lights in darkness.

Soyez inspirés pour toute la semaine ! Be inspired. … See you next week. Toutes les photos sur le site en tapant ArlesGallery dans votre portail. Contactez moi si vous avez un sujet que vous aimeriez traiter ou voir traité. Téléphone 06 59 35 57 51 ou mail anne.eliayan@yahoo.fr

Semaine du sam 08 au ven 14 juillet 2017

Numéro 129 du Vendredi 14 juillet 2017

Une lumière dans la nuit

J’espère que vous avez passé une bonne semaine, que vous avez trempé vos pieds dans l’eau d’une mer ou d’une rivière, sorti les sandalettes et que vous avez profité des terrasses des cafés. Sinon, j’espère que c’est bientôt votre tour.

On avait déjà fait des sujets qui s’approchaient du thème d’aujourd’hui en 2016, un journal sur les « ombres et lumières » et un autre sur « la nuit ». Ceux qui m’ont envoyé leurs photos cette semaine ont su apporter des réponses nouvelles et cela prouve encore une fois que l’imagination n’a pas de limites.

Pour le textes j’ai longtemps cherché, lu près de vingt poèmes, tenté de comprendre les principes physiques de la lumière noire et celle inactinique. C’est finalement l’Histoire qui l’a encore emporté.

Et puisque l’été c’est le temps de la liberté, je vous envoie plein de bisous ensoleillés et vous remercie encore de me suivre si fidèlement.

Et pour les amis anglophones :

This week the topic talks about light in darkness. I hope you are well, and even in hollidays, yet or soon.

For the following text, it was, one more time, very difficult for me and you’ll be very kind if you apologize my mistakes ! 

I send you all my friendship. And I wish you enjoy this reading 

,

Comment ça  » T’es pas une lumière » ?

Euclide l’un des premiers.

Le plus ancien ouvrage connu évoquant la lumière de manière scientifique fut rédigé par Euclide autour de 280 avant JC. Déjà il soupçonne le principe de propagation de la lumière en ligne droite. Euclide pense que des « rayons » partent de l’œil et sont interceptés par l’objet. Cette hypothèse va perdurer parmi les savants en Europe à peu près jusqu’à la Renaissance.

In about 300 BC, Euclid wrote Optica, in which he studied the properties of light. Euclid postulated that light travelled in straight lines . He described the laws of reflection and studied them mathematically.

Galilée aussi

Bien que le télescope ait été connu avant lui, Galilée au 17ème siècle est le premier à l’utiliser pour l’observation scientifique. Grâce à la lunette astronomique qu’il construit et qui capte le moindre rayon de lumière, il parvient à observer précisément la Lune.

En orient Alhazen invente la chambre noire

Autour de 1000 après JC, Alhazen, affirme que la lumière provient de sources lumineuses et que les rayons viennent ensuite illuminer l’oeil. Il imagine également le principe des chambres noires, soit environ 500 ans avant que Léonard de Vinci n’ait l’idée du sténopé.

Alhazen est également le premier à penser que la lumière se déplace à grande vitesse. Il est le savant perse souvent considéré comme le père moderne de l’optique, de la physique expérimentale et de la méthode scientifique (rien que ça).

Descartes et Newton,

entre autres, sont eux aussi fascinés par la lumière. Ils apporteront des théories dont les démonstrations ne tiennent  pas la route mais dont le résultat est scientifiquement juste…  quel coup de bol ! Although Descartes was incorrect about the relative speeds, he was correct in assuming that light behaved like a wave and in concluding that refraction could be explained by the speed of light in different media.

C’est tout

 pour mes recherches sur la lumière. That’s all about lights, folks !

Ils ont contribué au journal de cette semaine. They made this week newsletter.

Photographes et reporters : Bernard Dupré, Philippe Sabathé, Xavier Wurmser, Monique Gerard, Marc Venet, Charles Kaminski, Martine Egelé, Christian Falaschi, Marie Begel, Mu sahara, Carol Martin, Céline Geneys, Daniel Malafosse, Patrick Assali, Jean d’Alger, Gabriel Meunier, Jean-Claude Desarnaud, Manon Harris.

Rédacteurs et traducteurs : Danièle Caron, Micheline Miro, Marie-Anne Devaux, Céline Geneys, Maryline Liozon alias Rylou.

Bientôt encore plus d’infos sur …

next evenings

Jeudi 3 août vers 21h15 : soirée Léthé – Lecture autour des Photographies de Françoise Galeron et des textes de Christian Pic.

Nous vous attendons à 21h15 pour cette lecture polyphonique de quelques-un des textes accompagnée de respirations musicales sur une écriture photographique qui parle de la Camargue, de l’effacement et de l’oubli. Dédicaces des livres que Françoise et Christian ont coécrit : Léthé et buffet pour prolonger agréablement l’instant.

Jeudi 10 août vers 21h15 soirée jeunes photographes étrangers avec la présence de la  photographe brésilienne Alessandra Levtchenko et le photographe Italien Michelangelo Sardo.

Jeudi 17 août vers 21h15 projection photos jeunes photographes arlésiens.

Jeudi  24 août vers 21h15 soirée projection « voyageurs« , des paysages de rêve et l’accompagnement au piano de Pierre Matarese.

Jeudi 31 août vers 21 h soirée film le retour de Dracula en présence du réalisateur Yves Bertheol.

Vendredi 22 septembre 20 h soirée lectures/ photos « Fables » avec Cédric Garoyan.

En préparation pour plus tard… Vous en avez redemandé : une nouvelle intervention de Didier Montet chercheur au CIRAD , sur le thème « Du fer dans les épinards et autres mythes alimentaires » avec Marie Pellet.

Voici le sujet de l’expo collective de 2018

Vous pouvez commencer à réfléchir sur vos propositions, venez nous

L’amour, l’absence, la nostalgie, le manque :

rêver de l’arlésienne

Le lion de la semaine Weekly lion

Ils sont le symbole d’Arles, vous allez bien m’en trouver un lors de vos promenades ? Send me lions !  

Prochain journal le vendredi 21 juillet 2017.

Le sujet :  flamants roses

Next entry in the log on 21th july  :  pink flamingos

Semaine du sam 15 au ven 21 juillet 2017

Numéro 130 du Vendredi 21 juillet 2017

Flamme rose

J’espère que vous passez un bel été et que vous prenez du bon temps !

Bienvenue à ceux qui nous rejoignent et merci aux lecteurs fidèles. Vous le savez, ce journal ne se veut pas savant, c’est juste un carrefour où des personnes de tous horizons, qui ne seront peut être jamais dans la même pièce peuvent se rencontrer, partager et échanger. Vous êtes près de 1000 inscrits. Le sujet est différent chaque semaine mais le ton y est délibérément gai même quand l’actualité est triste, l’humour, l’émotion et le beau coexistent, c’est une forme de résistance et je suis heureuse si j’arrive par ce mail hebdomadaire à vous distraire en vous présentant des angles et points de vues différents.

Cette semaine le thème des flamants roses me semblait un peu compliqué à traiter car la bestiole est prudente et reste loin des rivages mais finalement vous vous en êtes tirés haut la main, rien ne vous arrête et j’ai reçu plus de 70 photos ! Alors vérifions de suite si vous connaissez bien cet oiseau, régional, mais pas seulement…

Et pour les amis anglophones :

A warm Welcome for the new subscribers and all my deepest gratitude to all the other for your fidelity. This week I received more than 70 photos ! So let’s talk about pink flamingos and review the particularities of this strange bird.

I send you all my friendship and I wish you enjoy this reading,

Le  Phoenicopterus roseus

est l’espèce de flamant la plus répandue. Il a bien un cousin le Phoenicopterus ruber appelé flamant de Cuba ou flamant des Caraïbes mais on ne le trouve pas dans notre coin. The greater flamingo is the most widespread species of the flamingo family and you can find it in Camargue.

Un appétit d(e gros) oiseau

Son bec permet la filtration de la vase et de l’eau et est composé de lamelles comme les fanons de baleine. En raison de leur taille importante comparée à celle de leurs proies, les flamants passent un temps considérable à se nourrir, aussi bien de jour que de nuit. Using its feet, the bird stirs up the mud, then sucks water through its bill and filters out small seeds, and microscopic shrimps named artemia. As its food is composed by very small parts, this requires for it to feed all day and night long.

D’où vient cette couleur ?

Son plumage est en fait principalement blanc ou rosâtre contrairement au ruber qui est plus rouge. Ce sont seulement les plumes supérieures des ailes, les pattes et le bec qui prennent une couleur rose intense. La couleur provient des pigments présents dans les algues et les crustacés qu’ils consomment appelés artémies qui sont riches en carotènes, d’où la phrase « mange des carottes si tu veux avoir les cuisses roses ». Most of the plumage is pinkish white, but the wing coverts have bright colors. The bill and the legs are pink. During the breeding season, greater flamingos as applying « make-up » enhance their color.

Une histoire à dormir debout

Le flamant rose dort debout sur une ou deux pattes, la tête cachée sous une aile. This bird sleeps without lying down, upright on one or both legs, its head hidden under a wing.

Vitesse limitée ?

À cause de leur taille, les flamants doivent prendre quelques mètres d’élan pour décoller des eaux. Ils volent en formation, en gardant cou et pattes étirés. Les battements d’ailes, puissants et réguliers, les propulsent à 60 km/h sur des étapes de plusieurs centaines de kilomètres. They are able to fly at the speed of 60 km/h. 

Un migrant

Même si les individus en Camargue sont de plus en plus fainéants –entendez sédentaires- on trouve des flamants partout dans le monde : en Afrique, en Asie et en Europe. J’ai été surprise de son adaptabilité, il est tout autant présent en Éthiopie, qu’au Cambodge, en Inde, en Syrie comme en Slovénie. I’ve been surprised that this bird is found in Africa, on the Indian subcontinent, in the Middle East and southern Europe.

Habitat : tout se complique quand ils se parlent d’amour

Monsieur et Madame Flamant rose font les difficiles quand il s’agit de trouver un nid. Ils recherchent de vastes zones marécageuses des eaux saumâtres peu profondes des ilots riches en nourriture et à l’abri de l’homme ? Où trouver tous ces éléments réunis ? Cherchez bien ! Think carefully about it : these bird resides in mudflats and shallow coastal lagoons with salt water. Where do you expect to find such a natural environment?

Monogames vite lassés aimant l’échangisme.

Les flamants sont grégaires et se reproduisent en vastes colonies pouvant réunir jusqu’à 200 000 couples. Monogames, on ne peut pas dire qu’ils sont inséparables. A la fin de la saison de reproduction le couple se séparera. Chaque partenaire reformera un nouveau couple à la saison suivante. The couple is formed for all the breeding season. Each year birds will have to find a new partner.

Poussins inscrits rapidement en crèche

Le rite est rôdé : accouplement, construction du nid, ponte d’un unique œuf couvé 29 jours. Le poussin est bien vite inscrit à la crèche et confié à la collectivité. Les parents continuent cependant à fournir la nourriture. Il fera son premier vol vers 80 jours. Il sera rose d’ici 2 à 4 ans. Each couple of flamingos lays a single chalky-white egg on a mud mound.Sub-adult flamingos are whitish grey and only attain the pink coloration 2 or 4 years into their adult life.

Beaucoup d’œufs et de poussins sont mangés par les goélands. Si les marais sèchent, d’autres prédateurs peuvent attaquer les adultes comme les renards ou les sangliers. Le principal danger restant bien sûr la pollution de l’eau. Adult flamingos have few natural predators. The primary threats to flamingo populations are bacterias, toxins and pollutions in water.

Wanted dead or alive

Le flamant rose bénéficie d’une protection totale sur le territoire français Qu’il soit vivant ou mort, il ne faut ni le transporter, ni le vendre ni l’acheter.La durée de vie des flamants rose est de 30 ans environ à l’état sauvage et de 60 ans en captivité. The average lifespan in captivity, is over 60 years.

Et le croquet dans tout ça ?

Vous vous souvenez dans Alice au pays des merveilles ? Les flamants roses servent de maillet de croquet dans le jeu organisé par la reine de cœur. Do you remember in Wonderland the queen of hearts ? She played croquet with pink famingos!

Ils ont contribué au journal de cette semaine. They made this week newsletter.

Photographes et reporters : Bernard Dupré, Philippe Sabathé, Xavier Wurmser, Monique Gerard, Charles Kaminski, Christian Falaschi, Carol Martin, Céline Geneys, Jean d’Alger, Danièle Koenig, Denis Vazquez, Françoise Giacomoni, Gene Arnaud, Gérard Rossini, Jacques Bezy, Paulette Greig, Peter Shepherd, Philippe Demoule, Richard Benkemoun, Sandra Affentranger, Saïd Fahim.

Rédacteurs et traducteurs : Danièle Caron, Micheline Miro, Marie-Anne Devaux, Céline Geneys, Maryline Liozon alias Rylou.

Prochaine soirée lecture, je compte sur vous !

Cette soirée de lecture du jeudi 3 août prochain a pour thème l’oubli. Pour cela, nul besoin d’être plongé dans les eaux tumultueuses du Léthé, le fleuve mythique de l’oubli, permettant de ramener les âmes à la vie, pour peu qu’elles en aient bu. C’est autour de ce fleuve que Françoise Galeron et Christian Pic ont collaboré pour écrire à 4 mains deux recueils réunis, dans lesquels se mêlent photographies, textes et encres.

Les lecteurs : Jean-Marc Ané, Cécile Bertin, Claude Sportis, Françoise Le Goff, Marcel Genin et Anne Eliayan, donneront leurs voix pour servir les textes et le récit photographique. Ils seront accompagnés en musique.

« Nous traversons des fleuves, les fleuves nous traversent et c’est ainsi fait. Accordons nous quelques instants d’errance au fil de l’eau ».

Entrée libre. A l’issue de la projection séance de dédicaces des livres.

Bientôt encore plus d’infos sur … next evenings

Jeudi 10 août vers 21h15 soirée jeunes photographes étrangers avec la présence de la  photographe brésilienne Alessandra Levtchenko et le photographe Italien Michelangelo Sardo.

Jeudi 17 août vers 21h15 projection photos jeunes photographes arlésiens.

Jeudi  24 août vers 21h15 soirée projection « voyageurs« , des paysages de rêve et l’accompagnement au piano de Pierre Matarese.

Jeudi 31 août vers 21 h soirée film le retour de Dracula en présence du réalisateur Yves Bertheol.

Vendredi 22 septembre 20 h soirée lectures/ photos « Fables » avec Cédric Garoyan.

En préparation pour plus tard… Vous en avez redemandé : une nouvelle intervention de Didier Montet chercheur au CIRAD , sur le thème « Du fer dans les épinards et autres mythes alimentaires » avec Marie Pellet.

La phrase de Rylou

 

« Comme j’aimerais, comme j’aimerais que tu sois là. Nous ne sommes que deux âmes perdues nageant dans un bocal à poisson, année après année. Courant sur ce même vieux sol, qu’avons-nous trouvé? Les mêmes vieilles peurs. J’aimerais que tu sois là. »

How I wish, how I wish you were here. We’re just two lost souls swimming in a fish bowl, Year after year. Running over the same old ground, what have we found? The same old fears. Wish you were here.

Wish You Were Here, Roger Waters, David Gilmour (trad. Wikiquote), Pink Floyd, album Wish You Were Here (1975 au Royaume-Uni chez EMI).

Voici le sujet de l’expo collective de 2018

Vous pouvez commencer à réfléchir sur vos propositions, venez nous en parler si vous souhaitez vous joindre à nous : 

L’amour, l’absence, la nostalgie, le manque : rêver de l’arlésienne

Les lions de la semaine Weekly lion

Ils sont le symbole d’Arles, on en trouve au quatre coins du monde. Votre mission si vous l’acceptez ? En ramener de vos voyages et promenades. Pour que chaque semaine les lions soient présents dans cette rubrique. Send me lions !  

Prochain journal le vendredi 28 juillet 2017.

Le sujet :  Entrons dans les ordres? Non. Entrons au cloître ? Oui !

Next entry in the log on 28th july  :  com’in the cloister !

Semaine du sam 22 au ven 28 juillet 2017

Numéro 131 du Vendredi 28 juillet 2017

C’est Léthé ne restons pas cloîtrés…

Bienvenue aux récents abonnés et merci à vous tous de me retrouver encore cette semaine.

Comment ça fonctionne ?

Pour ceux qui découvrent, voici en quelques mots les principes fondateurs de ce journal : chaque semaine je vous propose un sujet, chaque semaine des quatre coins du web des photographes (pro ou passionnés) m’envoient avant mercredi leurs photos sur le thème. Charge à moi d’en faire un journal qui sera envoyé sous forme de newsletter dans la nuit du jeudi au vendredi. Le thème est souvent en rapport avec Arles mais peut être plus large, pour que tout le monde puisse contribuer. Il n’y a pas de transaction marchande sur ce journal. Les photographes contribuent gratuitement et  je ne demande aucune contrepartie financière pour la publication. Et comme tout a un prix dans ce monde, nous sommes finalement récompensés par vos gentils mots d’encouragements. Nous avons aussi la grande chance que ce petit journal hétéroclite soit lu dans de nombreux pays, C’est bien ainsi !

Et pour les amis anglophones :

This week topic is about St Trophime Cloister.

If you are a new reader, here are the rules of Arlesgallery’s newsletters : each week I submit you a subject. You can send me your photos and I publish them in the night of Thursday to Friday. Each publication is free. Our great satisfaction, is the concept of this free exchange of thoughts and images, read and agreed all over the planet provided by the web. Sorry for that : I translate in english myself, it is the reason of all the spelling errors you can find. I send you all my friendship and I wish you enjoy this reading,

Cet été c’est Léthé

Je vous parle encore de Léthé, l’un des fleuves de l’enfer, celui de l’oubli dans la mythologie grecque. Françoise Galeron et Christian Pic vous proposent leur travail sur ce thème. C’est jeudi qui vient, le 3 août à 21h15 précises. Je serai ravie de vous y retrouver. Je vous en reparle à nouveau un peu plus bas.

Nous voici

pour cette semaine dans le cloître de Saint Trophime. C’est un endroit magnifique qui renferme de nombreuses zones d’ombres. Certains photographes s’en sont même amusés. Alors, allons donc religieusement y faire un tour.

 Here we are once again together. I suggest we talk about the cloister of Saint Trophime, this place is so amazing and has got many grey areas, some of you play with it. So come on and just go around the cloister columns and figures.

Il y a 107 colonnes géminées, chacune porte une sculpture qui peut représenter des scènes bibliques ou des représentations plus surprenantes : la luxure, des acrobates, la pendaison de barons, une tête de bouc, la tarasque ou même Charlemagne.

Each columns of this cloister supports a sculptur who represent a biblical scene or other topic as luxury, goats’heads, our mythical local legend : a beast named Tarasque or even emperor Charlemagne.

Il y a deux sortes de galeries dans le cloître.

Style Roman sur la partie gauche de la photo de dessous et Gothique sur la droite.

Deux styles, voilà ce qui en fait une de ses caractéristiques. Le cloître commença a être construit selon la mode de l’art Roman. Les siècles passaient et la construction du cloître avançait lentement. Il fut finalement achevé plusieurs siècles plus tard, à l’ère de l’art Gothique, avec un style totalement différent pour les deux plus récentes galeries.

 

You can see there are two different types of galleries in the cloister : two galleries, built during the 12th century have got roman designs and arches. The two others, built between the 13th and 14th century have Gothic style.

La tapisserie bordée de bleu, est la seule tissée dans les ateliers d’Aubusson, et représente la naissance de Marie.

Un emplacement inhabituel

Le cloître d’Arles n’est pas accolé à la nef de l’église ce qui est très rare en fait. Seuls trois cloîtres dans la région ont cette configuration.

Saint trophime… Mais qui est donc ce personnage ?

Il a été le premier évèque d’Arles au IIIème siècle après JC. Trophemus became the first bishop of Arles during the third century.

Il y a d’autres cloîtres à Arles et ailleurs

Par exemple ? Les Frères Prêcheurs. Cherchez bien… C’est dans le quartier du Méjean. Mais aussi les photos suivantes sont prises à Cavaillon le petit cloître Saint Véran,  ou encore une belle vue de l’abaye de Silvacane.

Ne restez pas cloîtrés !

Sortir, c’est ce que je vous propose avec l’association D’Art d’Arles qui a pour vocation de promouvoir des créations artistiques autour de l’image bien sûr mais pas seulement.

Regardez bien dans le  site une nouvelle rubrique vient de naître. C’est ici aussi que vous trouverez les soirées que nous organisons. Cliquez ici pour y accèder.

À votre bon coeur

Aidez moi à faire grandir cette association, pour que durent longtemps les expos collectives et les projections : prix de l’adhésion annuelle 10 euros ou plus si vous avez envie d’être un généreux mécène.

I wish, I vow to promote arts by the way of this association. Help me if you want, if you can to develop this project by sending me some money as your generous contribution. 

Adresse  : D’Art D’Arles, Anne Eliayan, 8, rue de la Liberté, 13200 Arles.

Ils ont contribué au journal de cette semaine. They made this week newsletter.

Photographes et reporters :

Bernard Dupré, Philippe Sabathé, Didier Villette, Jean-Marc Moulinet, Xavier Wurmser, Martine Pauvrhomme, Paulette Greig, Christian Falaschi, Daniel Malafosse, Jean-Claude Desarnaud.

Rédacteurs et traducteurs : Danièle Caron, Micheline Miro, Marie-Anne Devaux, Céline Geneys, Maryline Liozon alias Rylou.

Voici le sujet de l’expo collective de 2018

Vous pouvez commencer à réfléchir sur vos propositions, venez nous en parler si vous souhaitez vous joindre à nous : 

L’amour, l’absence, la nostalgie, le manque : rêver de l’arlésienne

Les lions de la semaine Weekly lion

Ils sont le symbole d’Arles, on en trouve au quatre coins du monde. Votre mission si vous l’acceptez ? En ramener de vos voyages et promenades. Pour que chaque semaine les lions soient présents dans cette rubrique. Send me lions !  

En haut, ce plat recyclé au lion exposé au musée d’Arles antique dit « bouclier d’Hannibal » est en argent et dorure. Il est réemployé sous les Mérovingiens. Le nom du nouveau propriétaire, Agnéric, a été ajouté au revers.

Prochain journal le vendredi 04 août 2017.

Le sujet :  Vu(e)s de dos

Next entry in the log on 4th august  :  Backs

Soyez inspirés pour toute la semaine ! Be inspired. … See you nextweek. Toutes les photos sur le site en tapant ArlesGallery dans votre portail. Contactez moi si vous avez un sujet que vous aimeriez traiter ou voir traité. Téléphone 06 59 35 57 51 ou mail anne@arlesgallery.com

© 2017 Anne Eliayan – Toute reproduction interdite – Tous droits réservés.