Avril 2018

                     

Bienvenue, vous êtes dans le site partagé ARLESGALLERY & d’ART d’ARLES

Guten Morgen – HELLO – Buenos días – B U O N G I O R N O – 欢迎您来到阿尔勒 – アルルへようこそ

Notre actualité

     

25 €                                                   16€

Points de vente à Arles : Maison de la Presse, librairie Actes Sud et bien sûr chez nous 8 Rue de la Liberté à ARLES
Vous pouvez les commander à l’adresse : anne@arlesgallery.com

    


Prochain journal le vendredi 25 mai 2018.

extra large, extra bon… c’est extra

 Date limite de réception des photos le mardi 22 mai minuit. The dead line for sending photos is the 22th may.

© 2018 Anne Eliayan – Toute reproduction interdite – Tout droit réservé.

Exposition collective l’Arlésienne

Le catalogue des oeuvres présentées dans l’expo collective est en vente à la galerie.

Philippine Cauffopé ne savait pas qu’elle traverserait le temps. En ce milieu de XIXeme siècle, elle est fiancée à un jeune homme, neveu du poète Frédéric Mistral. Une lettre dénonciatrice parlant de sa légèreté de moeurs (peut être écrite par un autre soupirant?) rompt les fiançailles car le code familial dans notre région est sévère à cette époque. Le mariage n’aura pas lieu ! La malheureuse affaire se termine par le suicide de Jan, le promis.
Cette histoire est vraie et a inspiré l’Arlésienne.

Daudet est alors âgé de 23 ans quand il commence à travailler sur ce projet à partir du récit de Mistral. Le jeune écrivain s’arrange de la réalité : pour la cohérence de l’intrigue , la fiancée qui est de Béziers devient arlésienne, et, alors qu’elle est issue d’un milieu bourgeois, elle sera artisane.

L’auteur dit :
“Il n’y a pas d’arlésienne dans ma pièce : il n’y a qu’une ombre. On en parle ; mais on ne la voit pas. Mon action se passe en Camargue, au bord du Rhône. ”

D’abord une nouvelle dont la 1ere parution date du 31 aout 1866, puis une pièce de théâtre et enfin un opéra. Le projet Daudet-Bizet mettra six ans à se concrétiser.

C’est le point de départ aujourd’hui de cette exposition. Chacun l’a décliné en toute liberté et à sa façon.

© 2018 Anne Eliayan – Toute reproduction interdite – Tous droits réservés.

Exposition collective « make love not war » juil-août-sept 2018

Appel à projet

En lien avec la thématique MP 2018 « quel amour ! » et pour réfléchir sur les 50 ans de mai 68, notre expo collective pour les mois de juillet, aout et septembre 2018… Our next collective exhibition topic for july, august and september 2018.

Faites l’amour pas la guerre Make love not war.

Oxymore d’un état émotionnel et d’un état de conflit, slogan d’une culture pacifiste, les propositions devront faire apparaître paradoxe, antithèse, dualité, corrélation, connexité, ou encore être une réflexion sur l’amour et/ou sur la guerre. On peut voir dans cette thématique « faites l’amour, pas la guerre » l’opportunité d’illustrer les mots tels que revendication, capitulation, stratégie, tactique au regard du processus de conquête ou du sentiment amoureux.

Vous souhaitez prendre part à cette exposition ?

Exprimez-vous, sous quelque forme artistique que ce soit pour nous dire comment retentit en vous « faites l’amour, pas la guerre ». L’exposition dure juillet/aout /septembre.

Les tarifs :

Pour participer à une exposition collective l’association d’Art d’Arles qui gère la galerie demande à chaque artiste

1/ d’être adhérant (prix libre de 10 euros minimum pour un an)

2/ une contribution par œuvre qui est de 40 euros par mois pour la parution dans le programme du festival off et  la participation aux frais de vernissage pendant la semaine « highlight » des rencontres de la photo d’Arles.

En contrepartie aucun pourcentage n’est pris sur la vente de vos œuvres et l’argent vous est directement versé.

Les propositions peuvent nous parvenir jusqu’au 15 avril 2018.

L’éditing comme la scénographie sont gérés par un collectif qui décide collégialement du contenu de l’exposition. C’est ce comité qui vous informera si votre proposition est sélectionnée.  Pour toute question n’hésitez pas à revenir vers moi. J’espère que le sujet vous inspirera.

Un mur, un chat.

UN MUR, UN CHAT ?

Je me promenais dans la Roquette quand j’ai vu ce chat dessiné sur un mur… Il m’a fallu peu de temps pour me promettre de le détourner car j’ai trouvé le graphisme très intéressant…
Mettez le son, c’est juste pour vous faire sourire 26 secondes !

© 2015 Anne Eliayan – Toute reproduction interdite – Tous droits réservés.

Mon édito arlésien juste pour vous …

Mon édito

Bonjour,

Arles, nous sommes le 02 novembre 2014.
Toute aventure démarre toujours par un défi qu’on se lance.
Aujourd’hui, c’est une très belle aventure qui commence, la gageure de vous faire aimer -encore plus- Arles et la photographie.

Aussi, j’espère, à travers ces photos et ces textes que je saurai vous donner l’envie de partager vous aussi vos images.
Chaque journal donne le thème suivant et vous êtes cordialement invités à y participer.
Comment ? Rien de plus simple, il suffit de m’envoyer vos photos à l’adresse anne.eliayan@yahoo.fr

Je vous dis à très vite.

Anne Eliayan